Chridé

Chridé

On la savait amoureuse des alliages et des pierres semi précieuses. En orfèvre, elle ciselait bagues, pendentifs, colliers. Aujourd’hui elle percute le public en lui offrant un ex-voto de taille. Une grande plaque de bois engendre un peuple de métal. Jeunes et acérés, usés et tordus, transformés par la vie, déformés par les handicaps ou la douleur, clous, boulons, vis, lames…tous endossent la diversité d’un monde humain, qui sans cesse se patine.


Une origine, le continent africain, rouge de sa terre d’argile, de latérite, de nkula. Un amour de la terre natale, d’un continent envoutant, martyr.


Des clous, pour enfoncer le clou, évoquer la souffrance des conflits, réveiller les souffrances. Aux frontières, à l’Est, la cicatrice du grand Rift n’en finit pas de s’ouvrir.


C’en est assez de souffrir. Des clous, pour guérir, comme le nganga traditionnel qui enfonce dans la charge magique du nkondi du métal pour qu’il protège la communauté. Paroles, rituels, prières.


Coulées d’acide, aujourd’hui rouge sang, comme celui de tant d’innocents, aujourd’hui disparus. Comme les larmes versées. Routes des esclaves, chemin des colonies, martyrs des indépendances, conflits fonciers, pillages… Rouge comme la vie, car ici, on pleure, mais on rit aussi et on pleure de joie.


Les cicatrices, on en porte notre lot. Cachées, apparentes. Elles s’appellent indifféremment, perte d’un être cher, divorce, maladie, chagrin…Chridé les satine de blanc neutre. Elle vous invite à inscrire votre ex-voto et le glisser dans la bouteille en verre, qui gardera le secret.

Œuvres

Un peuple de larmes et de rires, détail
Un peuple de larmes et de rires, détail
Chridé
Un peuple de larmes et de rires
Un peuple de larmes et de rires
Chridé