Francis Mampuya

Francis Mampuya

Né à Kinshasa, le 22 décembre 1965, Francis Mampuya est membre du Groupe libriste et expose individuellement à Kinshasa et à l’étranger (en France, en Allemagne, en Belgique …). Pour Francis, la réflexion sur la paix part de son expérience personnelle et s’élargit au contexte. L’artiste n’est jamais serein, car la précarité s’invite à sa table, journellement. Pourtant la paix n’est pas abstraite, inaccessible, réservée au conceptuel. Elle pourrait s’inviter elle aussi dans le quotidien. Aujourd’hui Francis Mampuya crée ses ex-voto en utilisant des couleurs pastel et tendres car la paix s’invente pure, douce, sans violence et l’artiste accomplit sa quête…Le jaune d’or rythme les toiles, apprivoise la lumière.


Un enfant emprisonné, artiste, compte les jours, barre chaque crépuscule, chaque aurore…Sa cage est transparente mais les barreaux sont bien là. Un poisson fantôme nage au-dessus de lui. Dans la réalité journalière, les épines des roses demeurent, seules. Le quotidien reste transpercé de problèmes. Quand est-il en paix ?


- Depuis son enfance, les repas quotidiens sont rythmés par le poisson.

- Depuis son enfance, le grand fleuve dessine les berges de la capitale et des villages du Bas Congo.

- Depuis son enfance, le poisson qu’il mange vient d’ailleurs. Pilchard, Thomson, chinchard, makayabu…pour une même réalité : manger ce que les autres produisent.

- Depuis son enfance, la biodiversité du fleuve a pour linceul les eaux profondes. Les mots sont encrés dans les recueils scientifiques, mais pas dans le quotidien des assiettes du citoyen lambda. Sans sécurité alimentaire où se trouve la paix ? Sans équilibre entre l’import et l’export, quelle société acquiert sa liberté ?


Trois tableaux blanc/rouge affichent un code d’alerte.

- Qui cherche la paix prépare la guerre : danger de mort. Croix barrée, traits rouges graphiques. L’homme au centre de sa destruction.

- Désordre foncier : plans d’architecte, plans cadastraux découpés, massacrés.

- Précarité des bidons villes. Quartiers poubelles. Des cages précaires pour les pauvres. Le problème de logement reste crucial


Une main émerge. Une porte s’ouvre. Le passage. Qui ira ? Vers quoi ? Tous se bousculent. A gauche une auréole ; est-ce l’esprit sain ? Un combat perpétuel pour se faire une place se livre. Tout le monde veut un endroit. Juste passer, juste s’asseoir. Pourtant le pouvoir ne donne pas la paix. Une fois conquis, il faut encore lutter sans cesse pour garder son siège.


Les valeurs s’inversent, la paix devient un blason inaccessible : famille, valeurs culturelles, arts…sont chaotiques. Le blason perd de sons sens, bascule, KO de trop de chaos.


Un triptyque scande les contradictions, en un effet plastique optimal : des mots écrits pour un aveugle, un homme privé de parole, un autre ligoté. Les mots et les couleurs pures claquent dans l’espace.


Sur certaines toiles s’inscrivent en collages une cacophonie de maux, à guérir. Gros plan sur les violences sexuelles, pied coupé, douleur, stress. Les kulunas s’expriment. Plans urbains découpés, facture de la Snel ; les budgets s’affolent. Le peuple trinque. Pourtant, une bonne organisation de la société, une gestion durable transformerait le quotidien, installerait la paix dans les cœurs.

Œuvres

Le terrible DVD
Le terrible DVD
Francis Mampuya
Homme au bouclier d\'haricots. corruption
Homme au bouclier d'haricots. corruption
Francis Mampuya
Le festin
Le festin
Francis Mampuya
Nés avec le bruit, il hurle, ils attendent, qu\'est ce qui change
Nés avec le bruit, il hurle, ils attendent, qu'est ce qui change
Francis Mampuya
Philosophons
Philosophons
Francis Mampuya
Regard percant
Regard percant
Francis Mampuya
Auto portrait
Auto portrait
Francis Mampuya
La lumière
La lumière
Francis Mampuya
Maloba la parole
Maloba la parole
Francis Mampuya
Parce que je suis seul
Parce que je suis seul
Francis Mampuya
Viol
Viol
Francis Mampuya
Atelier de Françis Mampuya
Atelier de Françis Mampuya
Francis Mampuya