"Elili"

"Elili"

Installations et peintures monumentales
16 Octobre - 14 Décembre 2014

Jeune artiste mexicaine installée en RDC, Eugenia Velis dissèque au scalpel l’identité culturelle des diverses populations qui se côtoient à Kinshasa, souvent sans se rencontrer réellement. L’artiste présente à l’Espace Texaf- Bilembo un ensemble impressionnant de toiles gigantesques qui questionnent l’identité culturelle de tout un chacun.

 

Ses toiles nous confrontent à l’Autre,

Cet autre que nous considérons comme EX-térieur, comme l’étranger,

Et pourtant, au fil de la lecture, une évidence s’impose: nous sommes tous revêtus de cultures différentes,

et notre identité se construit de métissages et de rencontres plurielles. Celles-ci se calligraphient sur la toile : fugaces comme un enfant qui grimace au cœur d’une toile, percutantes tel le soldat fantôme violeur, tendres comme les visages de simples badauds surpris dans leur vie quotidienne, ex-voto, pour que la souffrance épargne un bébé devenu anonyme.

 

Miroir, ombres, reflets : de cet univers étonnant se sont accrochées des bulles de couleur, de somptueux dégradés tout en nuances, des aquarelles délicates en camaïeux. Eugenia en subtile coloriste, dessinatrice passionnée, patine ses sujets amoureusement, recouvre de caresses colorées les blessures des âmes, recrée l’âme des kirios, des matangas, ces deuils qui soignent vivants et absents.

 

Se rencontrer : plusieurs mondes en fracture, visions multiples de l’autre, relations complexes qui se nouent, se dénouent, se tissent, s’entrecroisent. 

Très vite, hâtif de découvrir, le public chemine, jamais indifférent, toujours au cœur de son émotion…

 

Passé, présent, futur de l’humanité de chacun ;

D’histoires semblables, marquées de colonisation et de souffrance,

renaissent l’espoir et la joie de vivre et de se questionner.

 

Si la thématique surprend, les miroirs ne déçoivent pas. Les ombres, dont les peaux n’ont pas de couleur, s’enrichissent de leur traversée picturale. La Catrina, parée de ses accoutrements flamboyants, oblige le spectateur à se précipiter dans le reflet et à gouter la saveur des cultures. Notre héroïne ne s’est pas cantonnée dans son univers d’EX. Elle est partie, armée de ses toiles, à la recherche des sapeurs IN Situ. A force d’arpenter les quartiers populaires de Kinshasa, les toiles ont vécu et portent les cicatrices de leur migration urbaine. Métissées du regard des sapeurs, elles ont écouté ceux-ci savourer la prise de contact, rebaptiser le mannequin osseux et adopter dans un grand éclat de rire une nouvelle Katerina branchée, déjantée à la kinoise. 

Vues d'exposition

vues exposition
vues exposition
vues exposition

Œuvres

Cyclofourmis
Cyclofourmis
Eugenia Velis
Grito mudo
Grito mudo
Eugenia Velis
Buny, détail
Buny, détail
Eugenia Velis
Kady
Kady
Eugenia Velis
Ko tala
Ko tala
Eugenia Velis
Soldat
Soldat
Eugenia Velis